Archives de Tag: Esquisses

Vers une architecture libre


Nous sommes aujourd’hui soumis à une pléiade d’images architecturales qui résultent de la multiplicité des ouvrages et des revues dédiée à l’architecture en parallèle avec l’essor des technologies d’information et de communication qui les diffusent à grande échelle. Hors, les constructions retenues pour la diffusion sont souvent les plus « tape à l’œil. » Ce choix rédactionnel peut entre autres s’expliquer par le besoin des médias de vendre des copies par des images surprenantes et sublimes qui attirent l’attention et par le désir des architectes d’être publiés et ainsi d’accroître leur popularité.

Cette pratique de plus en plus envisagée par les architectes s’inscrit en concert avec un marché de plus en plus mondialisé et où la compétition est féroce. Il y a donc une nécessité de se démarquer et de se faire valoir pour augmenter sa notoriété et assurer la survie de son entreprise. Néanmoins, cette vision d’une architecture désirant satisfaire à la fois le client mais aussi les plus grandes ambitions de l’architecte peut mener à un appauvrissement de la pratique et de la qualité architecturale. En essayant de satisfaire tous les partis, on ne satisfait personne complètement.

Le respect du site, le désir de créer et de concevoir un bâtiment qui s’intègrera à son milieu tout en honorant la commande d’un client est une caractéristique essentielle à tout projet architectural. Une conception architecturale riche est une création originale qui découle des contraintes posées par la commande, le contexte et le site. Il s’agit pour l’architecte de faire l’amalgame de ces contraintes pour en arriver à un ensemble architectural propre, distinct et imprégné du sens et de la poésie créé par ces contraintes.

À la lumière de ces caractéristiques, on comprend l’importance d’une liberté intellectuelle et d’une profonde réflexion contextuelle pour réaliser chaque projet. L’influence de variables externes, soit le désir de reconnaissance ou de publication, cherchant à servir des intérêts autres que ceux du client et du lieu peut donc hisser le projet vers des horizons étrangers et moins louables au succès du projet architectural. Il en va de soi que cette pratique est contraire aux devoirs de l’architecte.

D’autre part, l’idée de façonner un projet architectural avant d’en connaître la destination est appelée Ex Situ. Il s’agit d’une approche architecturale qui s’oppose à celle employée habituellement. Francois Blanciak consacre d’ailleurs un ouvrage expérimental fort intéressant à cet effet. L’avantage avec celle-ci est quelle permet d’approcher la forme en toute liberté des contraintes du site. L’absence de contraintes permet à l’architecte d’explorer à son aise et au maximum les possibilités de la forme.

En somme, comme le dernier exemplaire de la revue Esquisses nous en fait part dans son numéro du printemps 2010, la qualité en architecture est un concept à développer. Cette « qualité » doit toutefois être le fruit d’une réflexion originale. Cela ne veut pas dire qu’un architecte en phase d’inspiration doit se cloisonner pour créer, mais celui-ci doit savoir garder ses distances et analyser, à partir du mandat, les caractéristiques propres au projet pour dégager une forme originale et imprégnée de sens.